dd
“PRENDRE UN ENFANT PAR LA MAIN”

Action du district 103 Ouest        
Année 2018/2019

dd

1989, trente ans déjà. Jacques Le Diberder, gouverneur lançait l’Action du district 103 Ouest :

“PRENDRE UN ENFANT PAR LA MAIN”

Cette année encore, 36 clubs du District ont permis à 72 enfants entre 9 et 12 ans, de bénéficier à leur tour de la magie de Disneyland Paris.

ddPartis à l’heure des gares de Saint-Nazaire, Nantes, Angers, Brest, Vannes, Rennes, Le Mans, avec 17 accompagnant(e)s, nos 72 protégés arrivent à l’Hôtel Explorer, accueillis par Pierre Peccate et André Cloerec, arrivés en éclaireurs le matin-même.

Après être répartis en chambrées de 4 ou 5, place au dîner autour d’un buffet copieux et varié, apprécié de tous. Puis ce sera l’heure du coucher, une nuit courte pour certains, déjà excités à l’idée du lendemain.

C’est le moment aussi pour les accompagnant(e)s de se réunir pour un “briefing”, dans un esprit de très grande convivialité.

dd

Le lendemain au petit matin, certains enfants, et aussi adultes, ont de petits yeux, après une nuit quelque peu agitée, mais un bon petit déjeuner va remettre tout le monde en selle.

dd

Après la traditionnelle photo de groupe devant l’Hôtel, destination Disneyland, où, une fois débarrassés de leurs bagages en consignes, nos petits groupes de 4 à 5 “casquettes jaunes”, accompagnés d’un “foulard jaune”, s’éparpillent dans le parc pour une journée intense en émotion et en sensations.

dd

 En fin de journée, il faut déjà penser au retour, se regrouper vers Main Street, pour acheter un petit souvenir, puis assister à la grande parade. Départ prévu à 19 heures, et … là aussi, le train est à l’heure. Et pour les enfants brestois, c’est le baptême de l’air en raison d’un retour par les airs au départ de Roissy, faute de correspondance par voie ferrée.

Les sourires radieux, les commentaires des enfants font plaisir à voir et à entendre pour les accompagnants soulagés mais heureux d’avoir répondu à leur mission Lions de “SERVIR”.

Nous déplorerons un petit accident, d’une petite Marion, qui arrivée sur le parc, nous a signalé une douleur du poignet suite à un chute à l’hôtel le matin même. Infirmerie Disneyland, puis urgences de l’Hôpital de Chessy, attente interminable, mais finalement, plus de peur que de mal. Revenue au parc vers 15h30, et grâce à la bienveillance de Mickey, avec des accès “coupe-file”, Marion rattrapera le temps perdu et retrouvera le sourire, ayant pu bénéficier des attractions dont elle rêvait.

Et, outre l’aspect humanitaire de notre action, c’est aussi une formidable occasion de communication. Ne passant pas inaperçu avec nos casquettes et nos foulards jaunes dans les gares, à l’Hôtel, dans le parc, certaines personnes curieuses, ont échangé avec nous, très agréablement surprises de notre engagement au service des autres.

dd

Merci à nos ami(e)s qui ont donné de leur temps pour accompagner ces enfants ; aux référent(e)s des clubs avec qui j’ai eu le plaisir d’échanger dans les semaines qui ont précédé, aux clubs qui ont participé, contribuant une fois encore à la réussite de cette action.

Merci au Gouverneur de son soutien pour pérenniser cette belle action propre à notre District.

 dd

André CLOEREC
Lions Club de MAYENNE
Chargé de mission « Prendre Un Enfant Par La Main »
Tél. 06 80 07 26 50
a.marie-cloerec@orange.fr


____________________________________________________________________ 


 COMMENT CHOISIR LES ENFANTS ?


Il doit s’agir :

  • d’enfants de FAMILLE MODESTE.
  • de plus de 9 ans et de moins de 12 ans au 20 mars 2018 : qui ne soient jamais allés à Disney.

Vous pouvez vous adresser :

  • aux associations caritatives, par exemple Secours Catholique, St Vincent de Paul,…
  • aux services sociaux des mairies, services d’Aide à l’enfance….

____________________________________________________________________ 


 « Prendre Un Enfant Par La Main » 28-29 mars 2017

dd

Le bilan de l’année 2017

76 enfants de 9 à 12 ans
40 clubs participants, soit près de la moitié des 83 clubs du District Ouest.
19 accompagnateurs et accompagnatrices
8 gares de départ : St-Nazaire, Nantes, Angers, Lorient, Vannes, Rennes, Laval, Le Mans.

A partir du Mans, les enfants, regroupés en deux voitures en direction de Marne-la-Vallée, vont apprécier le goûter préparé par nos amies du Club Le Mans Aliénor.

Arrivés à 17 h 25 en gare de Marne-la-Vallée, et après environ 10 minutes de navette, accueil à l’Hôtel Explorer par Françoise DEGAN, Pierre PECCATE et André CLOEREC qui auront méticuleusement organisé la répartition des chambrées (3 à 5 filles par chambre, idem pour les garçons).

dd

A 19 h 15, rendez-vous au restaurant de l’Hôtel, devant des buffets, salé et sucré, copieusement garnis qui feront la joie des enfants.

Les accompagnants doivent faire preuve, comme ils l’ont déjà fait depuis le départ, de discernement pour canaliser un peu l’excitation bien compréhensible des uns, mais aussi de tact et psychologie pour consoler les autres, sécher les larmes de ceux qui prennent conscience de l’éloignement de papa maman…

Les enfants sont couchés, en tout cas installés dans leurs chambres. Il est l’heure pour les accompagnants, d’organiser la journée du lendemain, lors d’un briefing convivial mais studieux néanmoins : recommandations, organisation des groupes, distribution des badges, billets d’entrée, tickets déjeuners…

Le lendemain, après le petit-déjeuner et la traditionnelle photo de groupe, départ en navette pour Eurodisney, dépôt des bagages en consigne…

ddLes « casquettes jaunes (ou vertes) » par groupes de quatre, vont maintenant pouvoir déambuler sous la vigilance et la responsabilité des « écharpes jaunes », dans le parc, à la découverte de sensations tantôt féériques, tantôt vertigineuses, laissant néanmoins le temps à une petite pause déjeuner dans l’un des nombreux restaurants-snackings.

La journée se passe sans aucun incident, le soleil est au rendez-vous. Il est déjà 17 h 30, il faut prendre place pour assister à la Parade, après avoir acheté un petit souvenir dans l’une des nombreuses échoppes le long de « Main Street ».

 Et il faut penser au retour, récupérer ses bagages, et regagner la Gare de Marne-la-Vallée, pour 19 heures, voie 4, train 5230 pour Angers-Nantes-St-Nazaire, 5237 pour les autres. Tout le monde est présent, le train est à l’heure, les enfants sont ravis, les accompagnants sont soulagés. Un coffret-repas est servi au départ entre Marne-la-Vallée et Le Mans.

Il nous manquait quelque chose ! Un retard SNCF. Nous l’avons eu… ! Incident technique sur la motrice du train 5230 en direction de Nantes, une heure trente de retard et, en amont, le train 5237 vers Rennes accusera lui aussi une heure de retard, et surtout des répercussions importantes pour les correspondances les plus en périphérie (St-Nazaire, Lorient-Quimperlé notamment). Les accompagnants vont devoir gérer la situation, prévenir les parents, les Lions ou autres personnes à l’accueil dans les gares. Malgré ces désagréments et le manque d’information de la part de la SNCF, les enfants ont fait preuve de patience, et cela n’a pas terni leur immense satisfaction de ces deux jours.

Cependant, il faut noter quelques dysfonctionnements qui m’ont été rapportés, que j’ai moi-même relevés, et auxquels il conviendra d’y remédier pour les années futures.

 1) l’absence de représentants de certains clubs participants, au départ et au retour des enfants  dans les gares.

Je rappelle ici la recommandation sur le programme adressé aux Présidents des clubs :Convoquer les enfants et parents une demi-heure avant le départ du train.

Bien préciser à chacun le lieu de rendez-vous avec signalisation LIONS.

IL EST ESSENTIEL QU’UN REPRESENTANT DU CLUB SOIT PRESENT tant au départ qu’à l’arrivée, MEME SI les parents se sont engagés à venir (l’expérience nous a appris qu’il y a parfois des « OUBLIS »).

 La présence de ces représentants est l’occasion d’échanger avec l’accompagnateur ou l’accompagnatrice au départ de la gare (ex. : coordonnées pour le retour, horaires retardés…).

2) le problème récurrent de l’argent de poche.

Il est difficile pour les accompagnants de voir la tristesse de certains enfants ne disposant pas d’argent pour ramener un petit souvenir, quand d’autres arborent fièrement leurs billets de 5 et 10 €.

Il est inconcevable pour ces accompagnants de ne pas mettre la main à la poche pour effacer le désarroi de ces enfants démunis.

Certain(e)s d’entre nous, dont moi-même l’avons fait.

Je rappelle ici encore la recommandation notée sur le programme.

Certains enfants n’auront pas d’argent pour rapporter des petits souvenirs ou s’acheter des friandises… C’est pourquoi nous vous suggérons aux clubs de prévoir de l’argent de poche (15 € par enfant paraît convenable).

Ce problème est, semble-t-il, récurrent chaque année. Il conviendrait, après en avoir discuté avec certains accompagnants de pallier une fois pour toutes à cette situation.

  • d’une part, en fixant le montant des frais d’inscription à 245 € par enfant, dont 15 € seront réintégrés en espèces pour l’enfant inscrit, à son accompagnateur (une enveloppe par enfant).
  • d’autre part, en demandant aux familles de ne pas donner d’argent de poche, ou fixer une somme limite, par exemple 10 € ou 15 € maximum.

Ce ne sont que des propositions, qui devront être soumises à l’approbation du Gouverneur notamment.

3) d’autres détails plus anodins.

  • que les parents munissent chaque enfant d’une petite bouteille d’eau, d’un paquet de mouchoirs Kleenex, des jeux (cartes, crayons, cahiers de dessins)…

 EN CONCLUSION

Hormis ces anomalies relevées ci-dessus, pour moi qui y participais pour la 1ère fois, je tiens à manifester ma grande satisfaction d’avoir organisé cette action et d’avoir vécu ces 2 journées,

  • Inoubliables pour les enfants qui ont vécu un rêve.
  • Gratifiantes pour les accompagnatrices et accompagnateurs, soulagés certes d’avoir été à la hauteur de leurs tâches, et surtout fiers d’avoir accompli leur mission de « SERVIR ».

C’est une action formidable, propre à notre district depuis 1989, et qui doit se pérenniser.

Il me reste à remercier les clubs participants, les présidents, les référents PUEPLM, les accompagnants.

Il nous reste à convaincre les sceptiques.

Il faudra réfléchir tous ensemble afin d’améliorer encore autant que possible cette opération, tenant compte des impératifs scolaires (absentéisme…), des impératifs budgétaires (tarifs des déplacements, hôtellerie, activités, attractions…).

Je m’efforcerai, avec les gouverneurs futurs, de faire au mieux pour que chacun continue à « prendre un enfant par la main ».

André CLOEREC
« la guyardière »
53300 OISSEAU

tél. 06 80 07 26 50

a.marie-cloerec@orange.fr