télécharger le bordereau de réservation....


dd
 

Cet ouvrage collectif relate la genèse de la greffe d’organes et l’apport fondamental du professeur Christian Cabrol.

Les donneurs, greffes et en attente de greffe, médecins,  parents, enfants, associations ADOT, ANCC, APCLD, TRANS FORME… et  l’AGENCE DE BIOMEDECINE témoignent avec amour, force et émotion, du don d’organes pour déjà des milliers de vies sauvées et du merveilleux de la solidarité humaine.

Ce livre est aussi un recueil de textes, chansons, poèmes, photographies, tableaux, dessins humoristiques, sur ce sujet, offerts gracieusement par les auteurs à l’association ADICARE.

Le Lions Clubs International qui participe depuis 1982 a des actions nationales pour la promotion du don d’organes répond encore présent, avec les témoignages de Patrick Martin, président du Conseil des gouverneurs 2014‑2015 et du professeur André Khayat et des Lions : Marc Cres, Sylvie Dinneweth, Jacques Giuliani, François Leduc, Guy Rouviere. Les Clubs Lions œuvrent avec générosité à la réalisation de cette Edition.

 Puisse cet ouvrage contribuer à la bonne prise de décision au moment déterminant pour un devoir qui est le Don de Vie ?

Merci à tous pour cette réalisation dont le but est de soutenir l’association ADICARE dans son combat pour cette cause et sa mission pour le don de soi.

Merci au professeur Christian Cabrol et à toute son équipe.


télécharger le bordereau de réservation....



Remerciements à mon équipe  de la Pitie (par le Professeur Cabrol)

Dans l’année qui suivit la 1ère greffe cardiaque de la Pitie, le 27 avril 1968, plus de cent greffes du cœur auront lieu de par le monde. Aucun des opérés ne survivra plus de dix-huit mois à l’opération. Sauf un : un français, un Marseillais, Emmanuel Vitria qui vivra 19 ans après sa greffe sans que l’on sache pourquoi lui et pas les autres.
Un survivant sur cent, la statistique est malheureusement trop éloquente et la plupart des équipes abandonneront la greffe cardiaque, sauf Shumway, Barnard et notre équipe à la Pitié. Les résultats sont médiocres.

Je serai toujours fier de la persévérance de notre équipe qui jour après jour s’est efforcée de reconnaître les différentes complications qui menacent nos malades et les traiter. Car malheureusement en 1980, 12 ans plus tard le taux de survie ne dépasse pas 35% à la fin de l’année.

Démoralisé, je profite d’un congrès aux Etats Unis pour aller voir Shumway qui a de meilleurs résultats : 50%. Les médicaments qu’il utilise sont pourtant les mêmes que les nôtres sauf un, inconnu, que je découvre : la cyclosporine. « Vous allez l’avoir facilement, me dit Shumway. Il est fabriqué en Suisse par les laboratoires Sandoz à Lausanne. »
Je rentre à Paris, j’appelle le laboratoire mais celui-ci refuse de me donner de la cyclosporine prétextant que notre équipe n’était pas sérieuse. Il me fallut un an pour le convaincre du contraire.
Alors, avec la cyclosporine nos résultats furent extraordinaires, 80% de succès à un an. Ainsi c’est encore Shumway qui avait trouvé la solution.

Tous les hôpitaux du monde reprennent alors la greffe de cœur. Les médecins, les malades ont confiance et affluent. Il est ainsi arrivé que dans notre service, nous effectuions trois transplantations en même temps. Après la greffe de rein, la greffe de cœur parvenait à son tour à sauver des milliers d’hommes et des femmes promis à une mort certaine.

Je n’oublierai jamais ces moments passés à la tête d’une équipe d’infirmières et de chirurgiens qui par leur dynamisme, leur ténacité, leur compétence, ont écrit une des plus belles pages de l’histoire de la médecine française.
Remerciements à tous ceux qui aujourd’hui au sein de notre Institut de Cardiologie, au sein de l’Assistance Publique, perpétuent le savoir-faire de notre petite équipe de la Pitié pour le plus grand bénéfice des patients.

Remerciements aux médecins, chirurgiens, coordonnateurs, préleveurs, anesthésistes, infirmières qui œuvrent jour ensemble pur sauver des vies en France, merveilleuse chaine de compétences et de solidarités semblable à la concrétisation de ce livre « Partage du Cœur », qui a réuni les énergies et les talents au bénéfice d’une noble cause.
Merci aussi aux familles des donneurs de leur générosité.

Merci aux patients qui ont apporté leurs témoignages