Témoignages

Le Télétact m'a permis davantage d'autonomie, m'évite bosses et mauvais coups. A l'heure où je pars au travail, il y a un grand nombre de camions de livraisons, la canne passe sous leur porte ouverte ou leur plateau de déchargement, pas moi. Ces accidents fréquents, plusieurs fois par semaine, ne se produisent plus depuis que je maîtrise le Télétact. Je perçois maintenant ces dangers à distance.

Dans le souterrain de la gare Saint Lazare, par exemple, je ne pouvais auparavant trouver seule le bon quai. Actuellement je vois les renfoncements des murs, les murs droits, ce qui partent en biais, je sais que ma sortie est par exemple après le mur en diagonale, je saurais dessiner le souterrain. Avant je n'avais aucune idée de sa structure.

N'ayant eu que peu de vision dans le passé, je n'avais pas de notion de distances, je les aies acquises par l'appareil.

Sur l'Arche de la Défense les repères au sol étaient très durs à gérer, tourner après la quinzième boule au sol, il faut les trouver et compter les 15 sans en rater une, et en plus elles étaient déplacées lors des travaux. Aujourd'hui je me sert des repères plus simples, la structure des magasins, les murs de loin etc. Dans des endroits difficiles je sais à quelle distance me placer d'un mur pour éviter poteaux, poubelles, cabines téléphoniques etc. c'est à dire passer au même endroit que les voyants sans me casser la tête. J'ai suffisamment confiance pour ne plus devoir raser les murs plein d'encombres.

Pour m'amuser je me suis promenée seule dans le marché de Noël de la Défense pour voir si j'allais pouvoir passer sans encombre dans cette cohue, ce qui a été le cas, je regarde les gens passer en attendant le train sur le quai. Je peux suivre une personne à distance dans un endroit encombré (sans qu'elle le sache) ce qui me permet de trouver des sorties peu visibles.

Laurence Agro - Argenteuil


J'utilise depuis quelques mois le Vigitact, un détecteur d'obstacles à infrarouges qui facilite grandement certains de mes déplacements. C'est un petit boîtier de 5x8 cm qui vibre dès qu'il se trouve face à un poteau, un mur, un passant ou tout autre obstacle. Accroché aux vêtements comme un badge, il signale à un non-voyant des obstacles à hauteur de tête que la canne ou le chien guide ne détectent pas. Tenu à la main, il permet à un malvoyant d'éviter les collisions dans un endroit faiblement éclairé ou au milieu d'une foule. Il est doté de trois portées : longue pour les extérieurs dégagés, moyenne pour les trottoirs encombrés, courte pour un usage en intérieur.

Il est extrêmement simple à utiliser grâce à son fonctionnement en "tout ou rien" : pas de vibration, on peut avancer ; vibration, on ralentit et on cherche un passage. Discret et silencieux, il se range facilement dans une poche dès qu'on ne s'en sert pas. Attention, le Vigitact ne détecte pas les trous et les obstacles près du sol. Il ne remplace donc pas la canne ou le chien, qui restent indispensables pour une sécurité totale.

Exemple de service rendu par le Vigitact :
Je suis rentré chez moi très tard l'autre jour. De la gare à chez moi, j'avais le Vigitact. Je repérais les arbres et les murs dont j'avais besoin pour me guider, tout allait bien. Et puis, presque arrivé, sur un trottoir que je sais parfaitement dégagé, l'appareil se met à vibrer. Je n'y crois pas vraiment, je continue à avancer de deux pas, un peu plus lentement. Il continue à vibrer comme un fou. Je m'arrête, je tâte du pied devant moi, et je ne sens rien, rien du tout. Autrement dit, il y a un trou. En me penchant un peu plus, je sens quelque chose qui me barre la poitrine. Il y avait un trou qui occupait toute la largeur du trottoir et une partie de la rue, creusé dans la journée (il n'y était pas quand je suis parti le matin) et protégé seulement par un ruban rouge et blanc flottant sous lequel passe la canne. Bref, le cas d'école parfait, celui qu'on imagine toujours mais qu'on ne rencontre heureusement pas souvent. La canne l'aurait probablement détecté au tout dernier moment, aurai je réagit assez vite à un moment ou pour moi la voie était totalement libre. Je ne serais peut-être pas tombé, mais au minimum j'aurais eu droit à une sacrée peur. Le Vigitact (en longue portée) a perçu la bande de signalisation suffisamment à l'avance ce qui permet de réagir tranquillement et en douceur.

Nicolas Graner (Villebon 91)